MAROPITANT

Cerenia®

valerie 29 janvier 2021

Posologie
  • Chez le chat
    1 mg/kg/jour en prévention ou traitement des vomissements
    2 mg/ kg /jour contre le mal des transport
    – 2 mg/ kg /jour contre le prurit cervico-facial et le contrôle du prurit lors d’atopie                       

Par voie transdermique, les doses sont les mêmes qu’en voie orale. Les stylos applicateurs délivrant une dose de 4 mg/pression, une dose quotidienne convient aux chats de 2 à 6 kg et il faut appliquer 2 doses pour les chats de plus de 6 kg ou dans les indications de mal des transports, d’atopie ou de PCF(une dans chaque oreille).

  • Chez le chien :
    2 mg/kg/jour en prévention ou traitement des vomissements
    8 mg/kg contre le mal des transport
    – 2mg/kg toutes les 48 heures comme antitussif lors de collapsus trachéal
  • Chez les furets : 2 mg/kg/jour en prévention ou traitement des vomissements
  • Chez  les lapins de compagnie et rongeurs : 2 mg/kg/jour comme analgésique viscéral et traitement des nausées lors de syndrome vestibulaire
Classe pharmacologique : Formes galéniques : ,

Général

Indications
  • Prévention et traitement des nausées induites par la chimiothérapie ou non,
  • Prévention des vomissements induits par le mal des transports,
  • Prévention et traitement des vomissements,
  • Analgésie viscérale,
  • Prurit cervico-facial et contrôle du prurit lors d’atopie chez le chat.
Classe pharmacologique

Anti-émétique, antagoniste des récepteurs de la neurokinine 1 (NK1)

Liste

I

Spécialités existantes

Cerenia® comprimés 16 mg, 24 mg, 60 mg, 160 mg (spécialité vétérinaire).

Approvisionnement

Spécialité commerciale

PCP

Pharmacopée européenne: NON

Contre-indications

Contre-indications

A utiliser avec précaution chez les insuffisants hépatiques.

Interactions

Le maropitant ayant des affinités pour les canaux calciques, le maropitant ne doit pas être utilisé de manière concomitante avec des antagonistes des canaux calciques.
Le maropitant est fortement lié aux protéines plasmatiques et peut entrer en compétition avec d’autres
médicaments fortement liés.

Précautions d'emploi

Précautions particulières d’emploi chez l’animal

Les vomissements peuvent être associés à des états graves et affaiblissants, incluant des occlusions gastrointestinales, une recherche diagnostique devrait donc être entreprise.

Le maropitant est métabolisé par le foie et doit donc être utilisé avec précaution chez les patients souffrant de troubles hépatiques. Comme le maropitant s’accumule dans l’organisme pendant une période de traitement de 14 jours en raison d’une saturation métabolique, une surveillance attentive
des fonctions hépatiques en plus des autres effets indésirables doit être mise en place pendant les
traitements de longue durée.

Le maropitant ayant des affinités avec les canaux ioniques calciques et potassiques, Cerenia doit être
utilisé avec précaution chez les animaux souffrant de troubles cardiaques ou ayant des prédispositions.
Des augmentations de l’intervalle QT de l’électrocardiogramme d’approximativement 10 %, ont été
observées lors d’une étude faite sur des chiens sains de race Beagle, après l’administration orale de 8
mg/kg; cependant, il est improbable qu’une telle augmentation soit significative cliniquement.

En cas de gravidité, de lactation ou de ponte, l’utilisation ne doit se faire que selon l’évaluation du rapport bénéfice-risque réalisée par le vétérinaire mais il a été testé chez le rat à la dose de 150 mg/kg/j sans entraîner d’effet tératogène sur le développement de l’embryon ou du fœtus.

Pour prévenir les vomissements, le maropitant doit être administré plus d’une heure à l’avance.
La durée de l’effet est d’approximativement 24 heures, par conséquent il peut être administré la nuit précédant l’administration d’un produit qui pourrait entraîner des vomissements (par ex. chimiothérapie).

Contre le mal des transports, le maropitant doit être administré au moins deux heures avant le début du voyage. L’effet antiémétique persiste pendant au moins 12 heures, ce qui peut permettre par souci de commodité une administration la veille au soir d’un voyage tôt le matin.
Le traitement peut être répété pendant 2 jours consécutifs au maximum.

Précautions particulières à prendre par la personne qui administre le médicament vétérinaire à l’animal

Les personnes présentant une hypersensibilité connue au maropitant devraient administrer le médicament vétérinaire avec précaution. Un contact prolongé avec la peau peut causer une irritation temporaire. En cas de contact oculaire, cela peut engendrer une irritation oculaire grave. Les symptômes peuvent inclure un picotement, un larmoiement, une rougeur, un gonflement et une vision trouble et peut causer une lésion permanente aux yeux, y compris la cécité. Une exposition prolongée peut causer des effets chroniques.
Se laver les mains après utilisation. En cas d’ingestion accidentelle, demandez immédiatement conseil
à un médecin et montrez-lui la notice ou l’étiquetage.

Effets indésirables

Effets indésirables

Des incidents de vomissements ou d’hypersalivation précédents le voyage, généralement dans les 2 heures suivant l’administration, ont été fréquemment rapportés après administration d’une dose de 8 mg/kg.
Des réactions allergiques sont possibles, mais rares et se résolvent en 48 h après traitement et arrêt du médicament.

Chez le chat les effets secondaires pouvant survenir sont de la léthargie, de l’anorexie, de l’hypersalivation, des tremblements, de l’ataxie des vomissements et de l’hyperthermie.

 

Surdosage

Le maropitant a été bien toléré après avoir été administré pendant 15 jours à des doses allant jusqu’à 10 mg par kg de poids corporel par jour.
Des signes cliniques notamment des vomissements après la première administration, une salivation excessive et des selles liquides ont été observés quand le produit est administré à des doses supérieures à 20 mg/kg.

Mécanisme d'action

Le maropitant est un antagoniste des récepteurs de la neurokinine 1 (NK1), qui agit en inhibant la
liaison de la substance P, un neuropeptide de la famille des tachykinines. La substance P est présente à
des concentrations importantes dans les noyaux qui composent le centre du vomissement, elle est
considérée comme le principal neurotransmetteur impliqué dans le vomissement. En inhibant la liaison
de la substance P avec le centre du vomissement, le maropitant est efficace contre les causes nerveuses
et humorales (centrales et périphériques) du vomissement. Plusieurs études in vitro ont démontré que
le maropitant se lie sélectivement aux récepteurs NK1 avec une action antagoniste dose-dépendante vis
à vis de la substance P.
Les études in vivo chez le chien démontrent l’efficacité antiémétique du maropitant contre les
émétiques centraux et périphériques notamment l’apomorphine et le cisplatine.

Forme galénique

La préparation est réalisable sous forme de gélules aromatisées qui peuvent être ouvertes et dont le contenu peut être dispersé dans l’alimentation ou un peu de liquide pour faciliter leur administration.

La préparation est également réalisable sous forme de stylo transdermique à la dose de 4 mg par dose, il délivre 65 doses de 0,1ml par pression.

Prix

Les prix présentés sont uniquement à titre indicatif et tiennent compte des dosages les plus fréquemment prescrits en préparation magistrale. Ce sont des prix de vente publics TTC moyens chez les vétérinaires et les pharmaciens et ils sont susceptibles de varier en fonction du coût des matières premières, des articles de conditionnement ainsi que du coût de la main d’œuvre.

30 gélules aromatisées à 4mg: Entre 32€ et 38€
60 gélules aromatisées à 4mg: Entre 42€ et 48€

Le stylo transdermique à 4mg par pression (65 doses) : Entre 46€ et 56€

Notice


Références

Références bibliographiques

1) RCP convenia 16 mg

2) Plumb Donald C. 2017. Plumb’s® veterinary drug handbook. 9th edition. Wiley Blackwell.

3) Guide Thérapeutique Vétérinaire, animaux de compagnie, Editions du Point Vétérinaire, 2013.

4) Use of maropitant for the control of pruritus in non-flea, non-food-induced feline hypersensitivity dermatitis: an open-label, uncontrolled pilot study. Elisa Maina et Jacques Fontaine. Pubmed 14/11/2018.