FENBENDAZOLE

Panacur®

valerie 24 janvier 2021

Posologie
  • Chez le chien et le chat : 50 mg/kg/j pendant 3 jours consécutifs. En cas d’infestation importante, le traitement peut être prolongé jusqu’à 5 jours. Dans la cadre du traitement contre les vers pulmonaires (angiostrongylose), on peut prolonger le traitement jusqu’à 10 à 14 jours.
  • Chez les oiseaux : 20 mg/kg/j pendant 5 jours ou 40 à 60 mg/kg en une prise unique, à répéter après 14 jours. En cas d’infestation de Syngamus trachea, il est préférable d’adopter la posologie de 20 mg/kg/j pendant 5 jours.
  • Chez les rongeurs et lapins : 20 mg/kg/j pendant 5 jours ou 40 à 60 mg/kg en une prise unique, à répéter après 14 jours. Chez le lapin infesté par l’Encephalitozoon cuniculi, le traitement approprié est de 20 mg/kg/j pendant 28 jours. En cas d’infestation de Giardia, le traitement approprié est de 40 à 60 mg/kg/j pendant 3 jours.
  • Chez les chinchillas: 25mg/kg une fois par jour pendant 3 jours en traitement de la giardiose.
  • Chez les furets : 20 mg/kg/j pendant 5 jours.
  • Chez les reptiles : 50 mg/kg/j pendant 3 à 5 jours. Refaire au bout d’1 mois lors d’infestation massive ou 50 mg/kg 3 fois à 15 jours d’intervalle.
  • Chez le cheval:
    – chez l’adulte : 5mg/kg PO  à renouveler 6 à 8 semaines après pour éviter les réinfestations (10 mg/kg lors d’ascaridose).
    – chez le poulain de moins de 18 mois: 10mg/kg à renouveler 6 à 8 semaines après pour éviter les réinfestations.
Classe pharmacologique : Forme galénique :

Général

Indications

Le fenbendazole présente une activité sur les nématodes gastro-intestinaux, sur les nématodes pulmonaires et sur les cestodes.

  • Chez les chiens : Traitement curatif des ascaridoses à Toxocara canis et Toxascaris leonina, des ankylostomoses à Ankylostoma caninum et Uncinaria stenocephala, des trichuroses à Trichuris vulpis et du taeniasis à Taenia spp. Le fenbendazole peut être également utilisé pour le traitement de l’angiostrogylose (Angiostrongylus vasorum), ainsi que contre Crenosoma vulpis, Eucoleus aerophilus, Filaroides hirthi, Giardia spp. et Paragonimus kellicotti. Prévention de la transmission transplacentaire et lors de l’allaitement de T.canis et A.caninum (traitement du 40ème jour de gestation au 14ème jour de lactation).
    Le fenbendazole n’est pas efficace contre Dipylidium caninum.
  • Chez le chat: Traitement des vers ronds, des ankylostomes, des tænias, des vers pulmonaires (Eucoleus et Aerulongylus) de la giardiose et de Strongyloides spp.
  • Chez le lapin: Traitement et prévention de Encephalitozoon cuniculi.
  • Chez les petits mammifères: traitement de la giardiose
  • Chez les chevaux, traitement des infestations par les cyathostomes enkystés sensibles au fenbendazole : larves L3 et L4, y compris les formes L3 inhibées et enkystées dans la muqueuse de l’intestin.
Classe pharmacologique

Antiparasitaire

Liste

II

Spécialités existantes

Panacur® 250 et 500 mg comprimés

Panacur® 2,5%, 4%, 10% solution buvable

Panacur ® equine guard

Approvisionnement

Matière première non disponible.

PCP

Pharmacopée Européenne: OUI

Contre-indications

Contre-indications

Ne pas utiliser chez les animaux présentant une hypersensibilité connue au principe actif.

 

Interaction

Ne pas utiliser en association avec du dibromsalan ou du tribromsalan.

Précautions d'emploi

Précautions particulières d’emploi chez l’animal

Le poids corporel doit être évalué aussi précisément que possible avant de calculer la dose.

Chez l’animal de laboratoire, le fenbendazole comme un certain nombre d’autres benzimidazoles entraîne une réduction des fonctions de l’appareil reproducteur mâle et possède des propriétés embryotoxiques et tératogènes.
Lors de l’administration de fenbendazole à différents moments de la gestation chez la chienne, la truie, la brebis et la vache, il n’a pas été mis en évidence d’effets du traitement sur la descendance.
L’utilisation de la spécialité chez la femelle pendant la gestation et l’allaitement est possible.

Le fenbendazole pouvant provoquer des troubles de la croissance des plumes, éviter dans la mesure du possible d’administrer du fenbendazole peu de temps avant ou au cours de la mue chez les oiseaux.

Précautions particulières à prendre par la personne qui administre le médicament vétérinaire aux animaux

Éviter tout contact direct avec la peau. Bien se laver les mains après utilisation.
Le port de vêtements de protection adéquats, notamment de gants imperméables, est conseillé lors de l’utilisation du médicament.
En cas d’ingestion accidentelle, consulter immédiatement un médecin.

Effets indésirables

Effets indésirables

Dans de rares cas, des troubles digestifs (tels que vomissement, diarrhée, douleur abdominale, anorexie) ont été observés, pouvant être dus au produit ou à la modification de la motilité gastro-intestinale et/ou aux antigènes libérés au cours de la lyse parasitaire.

Des réactions allergiques peuvent survenir dans de très rares cas.

Surdosage

Le fenbendazole est bien toléré à des doses jusqu’à 100 fois supérieures à la dose recommandée.

Mécanisme d'action

Le fenbendazole est un anthelminthique de la famille des benzimidazoles. Il agit en interférant au niveau du métabolisme énergétique des nématodes. Son efficacité anthelminthique est basée sur l’inhibition de la polymérisation de la tubuline en microtubules. La destruction du réseau microtubulaire conduit souvent à la désagrégation et à la mort cellulaire. Il possède une action ovicide, larvicide et adulticide.
Le fenbendazole est métabolisé en oxfendazole. Ces deux molécules sont connues pour leur activité anthelminthique, et pour avoir un métabolisme réversible.

Forme galénique

La préparation est réalisable sous forme de gélules aromatisées qui peuvent être ouvertes et dont le contenu peut être dispersé dans l’alimentation ou un peu de liquide pour faciliter leur administration.

Prix

Les prix présentés sont uniquement à titre indicatif et tiennent compte des dosages les plus fréquemment prescrits en préparation magistrale. Ce sont des prix de vente publics TTC moyens chez les vétérinaires et les pharmaciens et ils sont susceptibles de varier en fonction du coût des matières premières, des articles de conditionnement ainsi que du coût de la main d’œuvre.

Notice


Références

Références bibliographiques

1) RCP Panacur 500 mg.

2) RCP Fenbendrops.

3) Fabrice Hébert, Christophe Bulliot. Guide pratique de médecine interne chien, chat et NAC. Editions Med’com 4ème édition.

4) Plumb’s veterinary drug handbook. Donald C.plumb 9ème édition

5) Guide pratique de médecine interne chien, chat et NAC. Fabrice Hébert/Christophe Bulliot 5ème édition