CYCLOPHOSPHAMIDE

Endoxan®

leonie 1 octobre 2020

Posologie

En tant qu’agent antinéoplasique, le cyclophosphamide est toujours utilisé dans le cadre de protocoles de chimiothérapie associant différents médicaments. Il convient de respecter scrupuleusement les dosages recommandés.

  • Chien :

Antinéoplasique (selon le protocole de chimiothérapie) : 10-15 mg/m²/j tous les jours ou 50 mg/m² pendant quatre jours consécutifs toutes les semaines ou 250-300 mg/m² une fois toutes les 3 semaines. La posologie discontinue à forte dose étant préférable au niveau efficacité et toxicité.
Immunosuppresseur : 50 mg/m²/j 4j/7.

  • Chat :

Antinéoplasique (selon le protocole de chimiothérapie) : 6,25 à 12,5 mg/m² pendant trois à quatre jours toutes les semaines ou 250mg/m² une fois toutes les 3 semaines. La posologie discontinue à forte dose étant préférable au niveau efficacité et toxicité.
Immunosuppresseur : 2-2,5 mg/kg/j en une prise par jour.

  • Lapin :

Immunosuppresseur : 50 mg/m²/j 3j/7.

  • Cobaye : 300 mg/kg/24h.
Classe pharmacologique : Forme galénique :

Général

Indications

Le cyclophosphamide est utilisé chez les animaux (chien, chat, lapin, cobaye) comme agent antinéoplasique dans différents types de cancers (lymphomes, sarcomes, leucémies, carcinomes, mastocytomes, thymome, myelome multiple).
Il peut également être utilisé comme agent immunosuppresseur dans les maladies auto-immunes. : thrombocytopénie et anémie hémolytique à médiation immune, lupus érythémateux systémique, polyarthrite rhumatoïde, pemphigus vulgaire, etc.

Classe pharmacologique

Agent antineoplasique et immunomodulateur.

Liste

I

Spécialités existantes

ENDOXAN® 50mg cp enrobé

Approvisionnement

Matière première non disponible.
Préparation à réaliser sous hotte du fait de son caractère CMR.
Autorisation A.R.S indispensable pour manipulation de ce produit.

PCP

Pharmacopée Européenne: OUI

Contre-indications

Contre-indications

Le cyclophosphamide ne doit pas être utilisé en cas de grossesse (foetotoxique et tératogène) ni en cas d’hypersensibilité.
Il doit être utilisé avec précaution en cas de risques d’infections (myélosuppression).

Les doses doivent être diminuées en cas d’insuffisance rénale.

Interaction

Le cyclophosphamide doit être utilisé avec précaution en cas de traitements avec d’autres médicaments immunosuppresseurs, cardiotoxiques, les diurétiques thiazidiques, les barbituriques (surdosage avec le phénobarbital), la phénytoïne, les vaccins et la warfarine.

Les corticoïdes peuvent diminuer l’efficacité du cyclophosphamide.

L’administration de vincristine 12 à 24h avant le cyclophosphamide pourrait favoriser le recrutement cellulaire et ainsi augmenter le nombre de cellules en cycles susceptibles d’être détruites.

Précautions d'emploi


Une surveillance régulière de l’hémogramme est nécessaire pendant toute la durée du traitement (avant chaque cycle).
Un risque de myélosuppression accrue peut s’observer en cas de traitement antérieur par une chimiothérapie ou une radiothérapie ou en cas d’une insuffisance rénale associée. Dans ce cas, une numération globulaire et plaquettaire est recommandée.
Les leucopénies sévères peuvent apparaître et engager le pronostic vital, en raison du risque d’infections. Les symptômes faisant craindre une infection doivent être surveillés. Il faut reporter l’administration d’une semaine si les granulocytes sont inférieurs à 3000/mm3 ou si les neutrophiles sont inférieurs à 2000/mm3.
En cas d’utilisation prolongée il est recommandé d’assurer une hydratation abondante pour prévenir les risques de cystite hémorragique. La présence de globules rouges dans les urines doit être recherchée régulièrement. En cas d’apparition d’une cystite hémorragique il convient d’interrompre le cyclophosphamide jusqu’à normalisation des signes cliniques et biologiques. Pour limiter la toxicité vésicale, il ne faut pas donner le cyclophosphamide le soir, il faut augmenter la prise de boisson voire perfuser les animaux si besoin et il faut promener régulièrement les chiens.

L’administration du cyclophosphamide doit respecter les indications du protocole de chimiothérapie utilisé.

Effets indésirables


Le cyclophosphamide entraîne une granulopénie dont le nadir se situe entre J5 et J14 après administration. Le retour à la normale des lignées sanguines a lieu à partir de J21 mais nécessite parfois la mise en place d’une antibioprévention.
Le cyclophosphamide peut être responsable de vomissements, diarrhées, anorexie (surtout chez les chats), de cystite hémorragique stérile, de perte des poils, de fibrose pulmonaire et de dépression.

Surdosage

Il n’existe pas d’antidote spécifique du cyclophosphamide.
En cas de surdosage, il sera nécessaire d’adapter les soins en fonction de la toxicité constatée.
Le cyclophosphamide est dialysable.

Mécanisme d'action


Le cyclophosphamide est un agent alkylant bifonctionnel de type oxazaphosphorine appartenant à la famille des moutardes azotées agissant après transformation dans l’organisme. Prodrogue inactive, elle est hydroxylée dans le foie par les microsomes hépatiques aboutissant essentiellement à la formation du 4-hydroxy-cyclophosphamide et à son tautomère l’aldo-cyclophosphamide puis à la moutarde phosphoramide (métabolite actif) et à l’acroleine (métabolite urotoxique).
Le cyclophosphamide agit par interaction directe sur l’ADN en formant des liaisons covalentes avec les substrats nucléophiles par l’intermédiaire de ses radicaux alcoyles. Ceci entraîne des modifications profondes chimiques ou enzymatiques de l’ADN ainsi que la formation de « ponts » alcoyles intrabrins ou interbrins, avec pour conséquence une inhibition de la tran%fail%ion et de la réplication de l’ADN aboutissant à la destruction cellulaire. Cette action est cycle dépendante, elle respecte les cellules en G0.
Immunodépresseur.

Son efficacité est dose dépendante.

La biodisponibilité du cyclophosphamide par voie orale est de l’ordre de 75% et le pic plasmatique est retardé par rapport à la voie veineuse.

90% des métabolites du cyclophosphamide sont éliminés par voie rénale dont l’acroléine, responsable de la toxicité vésicale.

Le cyclophosphamide ne passe pas la barrière hémato-encéphalique et est donc inactif sur les tumeurs du système nerveux central.

Forme galénique

La préparation est réalisable sous forme de gélules aromatisées qui peuvent être ouvertes et dont le contenu peut être dispersé dans l’alimentation ou un peu de liquide pour faciliter leur administration.

Prix

Les prix présentés sont uniquement à titre indicatif et tiennent compte des dosages les plus fréquemment prescrits en préparation magistrale. Ce sont des prix de vente publics TTC moyens chez les vétérinaires et les pharmaciens et ils sont susceptibles de varier en fonction du coût des matières premières, des articles de conditionnement ainsi que du coût de la main d’œuvre.

40 gélules à 5mg : Entre 30€ et 35€

Notice


Vous trouverez sur le lien suivant une notice directement téléchargeable et imprimable à destination de vos patients.
Notice

Références

Références bibliographiques

1) Plumb Donald C. 2017. Plumb’s® veterinary drug handbook. 9th edition. Wiley Blackwell. p 304-6.

2) Papich Mark G. 2016. Saunders Handbook of veterinary drugs, small and large animal. 4th edition. Elsevier. p 191-2.

3) Site internet de l’ANSM. Résumé des caractéristiques du produit – Endoxan®, consultation en ligne le 28 Mai 2019.

4) Fabrice Hébert, Christophe Bulliot. 2018. Guide pratique de médecine interne. Chien, chat et NAC. 5è édition. Édition MED’COM. p 605.

5) Robert Moraillon et al. 2010. Dictionnaire pratique de thérapeutique Chien, chat et NAC. 7è édition. Elsevier Masson. p 735.