CLINDAMYCINE

Antirobe®

valerie 24 janvier 2021

Posologie
  • Chez les chats :
    – plaies infectées, abcès, infections dentaires : 11 à 33 mg/kg/j pendant 7 à 10 jours (maximum 14 jours),
    – 
    toxoplasmose: 10 à 25 mg/kg PO toutes les 12 heures pendant 4 semaines (à associer lors d’uvéite à un traitement glucocorticoïde oral, topique ou parentéral pour éviter le risque de glaucome ou de luxation du cristallin),
    – antibioprophylaxie lors de chirurgie nécessitant une couverture antibiotique contre les bactéries gram positives anaérobies et aérobies: 5 à 11mg/kg PO 16 à 60 minutes avant la chirurgie.
  • Chez les chiens :
    plaies infectées, abcès, infections cutanées et dentaires : 5,5 à 33 mg/kg toutes les 12 heures ou 11mg/kg/j. La durée du traitement sera fonction du jugement du praticien,
    – traitement des infections osseuses (ostéomyélite) : 11 mg/kg à 33 mg/kg toutes les 12 heures pendant une durée de 28 jours au minimum. Le traitement ne devra pas être poursuivi si l’on n’observe pas d’effet thérapeutique dans les 14 premiers jours.
    – pyodermite superficielle: 5,5 à 10mg/kg deux fois par jour,
    – pyodermite profonde: 11mg/kg une à deux fois par jour. Poursuivre le traitement une semaine après disparition des signes cliniques.
    – antibioprophylaxie lors de chirurgie nécessitant une couverture antibiotique contre les bactéries gram positives anaérobies et aérobies: 5 à 11mg/kg PO 16 à 60 minutes avant la chirurgie.
    – infection à protozoaires (Neospora spp, Hepatozoon spp, Babesia spp, Toxoplasma spp): 12,5mg/kg deux fois par jour pendant au moins deux semaines, en association avec triméthoprime-sulfamide et pyriméthamine.
  • Chez les reptiles : 5 mg/kg une à deux fois par jour.
  • Chez les tortues : bactéries et anaérobies gram-positives 5 mg/kg/j
  • Chez les furets :
    – Infections anaérobies, maladie de l’os et des dents : 5,5 à 10 mg/kg toutes les 12 heures par voie orale
    – Toxoplasmose : 12,5 mg/kg toutes les 12 heures par voie orale
  • Chez les oiseaux : 25 mg/kg toutes les 8 heures
  • Chez les lapins et les rongeurs : INTERDIT
Classe pharmacologique : Forme galénique :

Général

Indications

Chez les chiens et les chats :

– Traitement des plaies infectées, des abcès et des infections de la cavité buccale et dentaires causées par ou associées aux germes sensibles à la clindamycine suivants :  Staphylococcus spp, Streptococcus spp, Bacteroides spp, Fusobacterium necrophorum et Clostridium perfringens.
– Traitement de l’ostéomyélite à Staphylococcus aureus.
Traitement des infections dues à un protozoaire dont la toxoplasmose

Classe pharmacologique

Antibiotique de la famille des lincosamides

Liste

I

Spécialités existantes

Antirobe 25 mg gouttes, 25 mg, 75 mg et 150 mg comprimés (spécialité vétérinaire)

Approvisionnement

Matière première disponible.

PCP

Pharmacopée européenne: OUI

Contre-indications

Contre-indications

Ne pas administrer aux lapins, hamsters, cobayes, chinchillas, chevaux ou ruminants car l’ingestion de la clindamycine par ces espèces pourrait provoquer de graves troubles gastro-intestinaux.
Ne pas administrer à des animaux présentant une hypersensibilité à des médicaments contenant, soit de la clindamycine, soit de la lincomycine.

Interaction

Ne pas associer à l’érythromycine ou aux macrolides (résistance croisée possible).

Des effets curarisants ont été observés avec la clindamycine, ce qui peut éventuellement amplifier l’activité d’autres curarisants. L’utilisation simultanée de tels produits doit être faite avec précaution. Ne pas utiliser la clindamycine en même temps que le chloramphénicol ou des macrolides car leur site d’action est également la sous-unité 50-S, et il est possible que des effets antagonistes se développent.
Lors de l’usage simultané de la clindamycine et d’aminosides (par exemple la gentamicine), on ne peut exclure le risque d’interactions indésirables (insuffisance rénale aigüe).

Précautions d'emploi

Précautions particulières d’emploi chez l’animal

Chez les chiens et chats ayant des troubles rénaux et/ou hépatiques graves, s’accompagnant de graves aberrations métaboliques, la posologie à administrer doit être déterminée avec soin et leur état doit être surveillé en effectuant des analyses sériques pendant le traitement.

Chez le chat, des associations ont été décrites entre la formation de sténose œsophagienne et l’administration per os de clindamycine. Si la clindamycine est administrée seule, il est recommandé d’administrer de l’eau ou un aliment après celle-ci.

Bien que des études avec fortes doses chez le rat aient suggéré l’absence d’effet tératogène et une action non significative sur les performances reproductrices des mâles et des femelles, l’innocuité de la spécialité chez les chiennes et les chattes en gestation et allaitantes ou chez les reproducteurs n’a pas été établie. L’utilisation du médicament devra faire l’objet d’une évaluation du rapport bénéfice/risque par le vétérinaire.

Précautions particulières à prendre par la personne qui administre le médicament vétérinaire aux animaux.

Bien se laver les mains après l’administration du produit.
Les personnes ayant une hypersensibilité connue aux lincosamides (lincomycine, clindamycine) ne doivent pas manipuler ce produit.

Effets indésirables

Effets indésirables

Des vomissements et des diarrhées ont parfois été observés.
La clindamycine peut favoriser la prolifération des germes non sensibles tels que les clostridies résistantes et les levures. En cas de surinfection, des mesures appropriées doivent être prises en fonction de la situation clinique.
Chez le chat de l’hypersalivation peut être observée après l’administration orale.

Surdosage

Des doses de 300 mg par kg chez le chien et de 110 mg/kg/ j chez le chat ont été tolérées sans qu’il y ait eu d’effets indésirables. Des vomissements, de l’inappétence, des diarrhées, une leucocytose et des augmentations des enzymes hépatiques (AST, ALT) ont été observés occasionnellement. Dans de tels cas, interrompre immédiatement le traitement et mettre en place un traitement symptomatique.

Mécanisme d'action

La clindamycine est un antibiotique principalement bactériostatique appartenant au groupe des lincosamides.  La clindamycine est un analogue chloré de la lincomycine.
Elle agit en inhibant la synthElle s’avère très active contre la plupart des germes anaérobie, les cocci à gram positif aérobie et Toxoplama spp.èse des protéines bactériennes. Le couplage réversible à la sous-unité 50-S du ribosome bactérien inhibe la translation des acides aminés liés à  l’ARNt, empêchant ainsi l’élongation de la chaîne peptidique. C’est la raison pour laquelle le mode d’action de la clindamycine est principalement bactériostatique.

La clindamycine et la lincomycine ont des résistances croisées, ce qui est également courant entre l’érythromycine et d’autres macrolides. Une résistance acquise peut également apparaître par méthylation du site de liaison ribosomique après mutation chromosomique par les germes Gram positif ou après médiation plasmidique par les germes Gram négatif.

Forme galénique

La préparation est réalisable sous forme de gélules aromatisées qui peuvent être ouvertes et dont le contenu peut être dispersé dans l’alimentation ou un peu de liquide pour faciliter leur administration.

Prix

Les prix présentés sont uniquement à titre indicatif et tiennent compte des dosages les plus fréquemment prescrits en préparation magistrale. Ce sont des prix de vente publics TTC moyens chez les vétérinaires et les pharmaciens et ils sont susceptibles de varier en fonction du coût des matières premières, des articles de conditionnement ainsi que du coût de la main d’œuvre.

Notice


Références

Références bibliographiques

1) RCP Antirobe 25 mg gouttes.

2) Fabrice Hébert, Christophe Bulliot. Guide pratique de médecine interne chien, chat et NAC. Editions Med’com 4ème édition.

3) Plumb’s veterinary drug handbook, Donald C.Plumb

4) Saunders handbook of veterinary drugs fourth edition Mark G. Papich