ACETAZOLAMIDE

Diamox®

leonie 26 juin 2020

Posologie

L’acétazolamide est utilisée dans le traitement des glaucomes à angle fermé ou ouvert

  • Chez le chien : 4-10mg/kg/j en deux à trois prises par jour.
  • Chez le chat (éviter l’utilisation) : 6-8mg/kg/j en deux à trois prises par jour.

L’acétazolamide est utilisée chez le cheval dans en traitement préventif ou adjuvant de la paralysie périodique hyperkaliémique (HYPP) : 2-3mg/kg en deux à trois prises par jour.

Classes pharmacologiques : , Formes galéniques : ,

Général

Indications

L’acétazolamide est utilisée :

  • Chez le chien et le chat :
    – traitement des glaucomes à angle ouvert ou fermé avec hyperproduction d’humeur aqueuse.
    – traitement des hypertonies post-chirurgicales accidentelles
    – traitement préventif du glaucome chez les sujets prédisposés.
    – traitement post-chirurgical suite aux chirurgies de la cataracte.
  • Chez le cheval :
    – traitement de la paralysie périodique hyperkalémique (HYPP).
Classe pharmacologique

Diurétique – Inhibiteur de l’anhydrase carbonique

Spécialités existantes

DIAMOX®  250MG CP

Liste

I

Approvisionnement

Matière première disponible.

PCP

Pharmacopée européenne: OUI (monographie 04/2009, 0454).

Contre-indications

Contre-indications

L’acétazolamide ne doit pas être utilisée en cas d’insuffisance hépatique, rénale, pulmonaire, adrénocorticale, d’hypokaliémie, d’acidose hyperchlorémique, de déséquilibres hydroélectrolytiques.
L’acétazolamide ne devrait pas être utilisée en cas d’obstruction pulmonaire.

Des précautions doivent être prises si ce traitement est administré en cas d’acidose respiratoire sévère ou d’anomalies hématologiques préexistantes.

Interaction

Il existe des possibilités de réactions croisées d’hypersensibilité entre l’acétazolamide et le furosémide et les sulfonamides antibactériens.
L’administration d’acétazolamide doit se faire avec prudence en cas de traitement concomitant par quinidine, antidépresseurs tricycliques, procaïnamide, salicylates, phénobarbital, digoxine, insuline, médicaments affectant le métabolisme du potassium.

Précautions d'emploi


L’acétazolamide ne doit pas être utilisé par des personnes hypersensibles.
Bien se laver les mains après manipulation.

En cas d’ingestion accidentelle, demander immédiatement l’avis d’un médecin et présenter la notice ou la boîte du médicament.

Effets indésirables


L’acétazolamide est susceptible d’entrainer des troubles gastro-intestinaux, polyuro-polydipsie, polypnée, acidose sanguine, sédation, dépression, fatigue, excitation, dépression médullaire, dysurie, colique rénale, polyurie, hypokaliémie, hyperchlorémie, hyponatrémie, hyperuricémie, insuffisance hépatique, rash cutané, réactions d’hypersensibilité.

Mécanisme d'action


L’acétazolamide est un inhibiteur spécifique de l’anhydrase carbonique à différents niveaux : tubule rénal, corps ciliaire, plexus choroïde, système nerveux central et muqueuse digestive.

Au niveau du tubule rénal, l’acétazolamide est un diurétique entraînant par substitution ionique : une augmentation de la diurèse aqueuse, une forte élimination des bicarbonates, une excrétion moindre de sodium et de potassium, une alcalinisation des urines.

Au niveau de l’oeil, l’acétazolamide, en cas d’hypertension oculaire préalable, provoque une chute rapide de la pression par action sur le corps ciliaire et élimination accélérée des bicarbonates et des autres électrolytes qui se trouvent normalement en concentration élevée dans les liquides intra-oculaires. Cette élimination accélérée diminue la pression osmotique des milieux liquidiens de l’oeil et, de ce fait, fait baisser la pression intra-oculaire.

Au niveau du système nerveux, cette molécule agit par un effet antisecrétoire sur les plexus choroïdes réduisant la formation de liquide céphalo-rachidien.

L’acétazolamide agit sur l’hématose en diminuant l’hypercapnie par acidose métabolique et élimination urinaire des bicarbonates.

Forme galénique

La préparation est réalisable sous forme de gélules aromatisées ou de suspension buvable aromatisée.
Les gélules peuvent être ouvertes et leur contenu dispersé dans l’alimentation ou un peu de liquide pour faciliter leur administration.

Prix

Les prix présentés sont uniquement à titre indicatif et tiennent compte des dosages les plus fréquemment prescrits en préparation magistrale. Ce sont des prix de vente publics TTC moyens chez les vétérinaires et les pharmaciens et ils sont susceptibles de varier en fonction du coût des matières premières, des articles de conditionnement ainsi que du coût de la main d’œuvre.

30 gélules à 5mg: Entre 20€ et 25€
120 ml d’une suspension buvable aromatisée 25mg/ml de 60€ à 70€

Notice


Vous trouverez sur le lien suivant une notice directement téléchargeable et imprimable à destination de vos patients.
Notice

Références

Références bibliographiques

1) Plumb Donald C. 2017. Plumb’s® veterinary drug handbook. 9th edition. Wiley Blackwell. p 8-10.

2) Hébert Thomas, Bulliot Christophe. 2018. Guide pratique de médecine interne chien, chat et NAC. 5è édition. Editions MED’COM. P 121-3.

3) Jegou Jean-Pierre. Glaucome des carnivores domestiques : revue actualisée du traitement médical et intérêt de prostaglandines. Bull. Acad. Vet. France. 2007. Tome 100 n°4.

4) Laurent Bouhanna. Vade-mecum d’ophtalmologie vétérinaire 2ème édition. Editions Med’com. p 17-18.